Shigeyasu Yamauchi - L’interview (Partie 1)

Oyez Oyez, chers amoureux de Saint Seiya et de mise en scène poétique, lumineuse et expressionniste…
Nous sommes nombreux à regretter l’absence d’un réalisateur en particulier… Surtout après ce que l’on a pu voir des OAV Saint Seiya Meikai-hen Zenshô et Kôshô et du travail du très dépassé Tomoharu Katsumata. Shigeyasu Yamauchi avait illuminé de son talent l’adaptation animée de l’oeuvre culte de Masami Kurumada, en transformant certains épisodes en chef d’oeuvres absolus (on pense bien sûr à l’épisode 57 du Sanctuaire… !) et en réalisant deux longs-métrages absolument inoubliables, Kamigami atsuki tatakai (Asgard) et bien sûr le sublimissime Shinku no shônen densetsu (Abel).

Pour le plus grand bonheur des fans de cet artiste unique, mon pote Skippy 5 propose - par l’intermédiaire de mon blog - de vous permettre d’en apprendre un peu plus sur le réalisateur phare de Saint Seiya avec cette traduction d’un long entretien réalisé par Yuichirô Oguro pour le magazine Animage de Septembre 2000 (vol. 267). Qu’il en soit remercié !

Note du traducteur : Cette interview fait partie d’une série d’entretiens que réalise Yûichirô Oguro dans le magazine Animage depuis 1998. Elle se situe 2 ans avant son retour sur « Saint Seiya Hadès Jûnikyû-hen ». La première partie de cet entretien porte sur l’analyse du film « Digimon Adventures 02 » sorti en 2000. Bien qu’une telle œuvre pour enfants puisse sembler peu intéressante pour les connaisseurs, il convient de rappeler que Digimon est, en plus d’être un concurrent conçu pour surfer sur la vague Pokémon, une série que beaucoup de virtuoses de la Toei ont utilisé en tant que laboratoire d’expérimentations pour de nouvelles approches ou techniques. Le nouveau surdoué actuel de l’animation, Mamoru Hosoda y a par exemple fait ses marques avant d’entreprendre des projets plus ambitieux. Mais surtout, cet entretien permet de mettre en lumière l’approche de Shigeyasu Yamauchi depuis le début de sa carrière et surtout de comprendre les nombreux choix qu’il a effectué, ne serait-ce que sur Saint Seiya.

Profil : Né le 10 avril 1953 à Hakodaté (Hokkaidô). Entré dans le monde de l’animation chez Ashi Productions, il fait ses débuts à la mise en scène sur « Video senshi Laserion » et « Saint Seiya ». Le film « Saint Seiya : kamigami no atsuki tatakai » est sa première œuvre en tant que réalisateur. Il réalise par la suite les séries « Magical Taruruto », « Hana yori Dango », « Docteur Slump » et « Magical Dorémi ». En savoir plus sur la carrière de Yamauchi, cliquez ici.

Avant-propos d’Oguro : Voici celui que j’ai toujours voulu voir apparaître dans cette série d’entretiens. En plus d’être un virtuose du dessin animé d’action, il possède une conscience artistique et une vision cinématographique bien à lui et c’est un metteur en scène qui a réalisé de nombreuses œuvres ayant une puissante force d’expression. On peut dire sans hésiter que ses œuvres sont caractérisées par des ambiances très riches.. Le film « Digimon Adventure 02 » qui vient de sortir possède d’ailleurs une nuance très originale.

Partie 2 : DIGIMON ADVENTURE 02 : HURRICANE TOUCHDOWN/SUPREME EVOLUTION! THE GOLDEN DIGIMENTALS

(note du traducteur : il est vivement conseillé d’avoir vu ce film de 70 mn ou en tout cas d’en lire le résumé avant de lire cette 1ère partie de l’entretien. Un résumé est disponible ici. Le film peut aussi être visionné en ligne à cette adresse.)

Je voudrais commencer par discuter avec vous du film « Digimon Adventure 02 ». D’abord, est-ce que cette œuvre est exactement comme vous souhaitiez la réaliser ?
Yamauchi : Oui, elle est très proche de ce que je voulais faire. Je ne pense pas avoir réalisé jusqu’ici d’œuvres où j’ai eu aussi peu de regrets.

Vraiment ?
Yamauchi : On peut dire que j’ai pu accomplir sur ce film ce que j’arrivais à peine à toucher sur le reste de mes œuvres.


Pouvez-vous expliquer concrètement ?

Yamauchi : J’ai pu éviter de forcer l’aspect dramatique sur l’action du type « vaincre le méchant ».

Je vois.
Yamauchi : Je ne me suis pas trop tracassé durant la conception de la structure. J’ai assimilé entièrement le contenu et l’histoire avant de me mettre à la réalisation, ce qui est assez rare pour moi. J’avais de très bons animateurs ce qui m’a permis de boucler un story-board avec une nuance très précise. Quant au résultat, son rythme est exactement comme je le désirais. Par contre, pour savoir si mon jugement était bon ou mauvais, je laisse à d’autres personnes le soin de le vérifier.

Je pense qu’on peut de manière très certaine affirmer que ce film est très différent. Etes-vous d’accord ?
Yamauchi : Oui.


Et je pense que la partie qui a cette originalité est justement quelque chose que vous avez cherché consciemment.

Yamauchi : Je le pense aussi.

Dans ce film, vous êtes vous surtout concentré sur l’ambiance ? Cette ambiance qui coupe le souffle durant la deuxième moitié…
Yamauchi : Je pense que c’est un film qui est dur à voir pour les spectateurs, surtout la 2ème moitié.

C’est vrai.
Yamauchi : Sans l’expliquer par des répliques et sans l’exprimer par des images, les spectateurs ont la sensation de quelque chose qui s’infiltre en eux. Ils ont cette sensation que c’est dur mais qu’ils ne peuvent pas fuir.

Oui, c’est exactement ça. Je pense que je n’aurais pas vu ça juste à la lecture du story-board. On ne peut sentir cette ambiance sans le son. Cela se sent seulement quand le son et la couleur sont là.
Yamauchi : Oui, sans doute. Avec cette approche pour les décors et cette accroche pour le son, le spectateur se retrouve alors cerné petit à petit… normalement. Nous avons fait en sorte que lorsque le drama, l’image, la musique sont tous rassemblés, ce qui n’est pas exprimé par le scénario ou le story-board apparaisse comme ça dans la tête.

Vous avez calculé à ce point ? Bravo !
Yamauchi : Mais ça faisait longtemps que je n’avais pas réalisé comme ça.

Depuis quand exactement ?
Yamauchi : J’aime beaucoup cette approche que j’ai utilisé dans « Saint Seiya » par exemple. Même si dans « Saint Seiya », je mettais de front la dramaturgie lorsque le héros dit « Je vais la protéger ! ».

Donc, dans les films de « Saint Seiya » que vous avez réalisé, vous utilisiez la même méthode mais en mettant donc l’aspect dramatique en avant.
Yamauchi : Ca et aussi l’aspect classe des attaques. J’aurais pu utilisé ici cette approche mais si j’avais fait cela à la fin, tout ce qui a été mis en place durant le film aurait disparu d’un coup. C’est sur ce point là surtout que j’ai réfléchi. Car je suis bon pour la mise en scène de ces moments soi-disant « classes ». J’ai longtemps hésité avant de me décider à prendre une autre direction.

Nous reparlerons de cela tout à l’heure. Pour vous, où était le point de départ de ce film ?
Yamauchi : Je suis parti de l’histoire. J’y ai réfléchi assez sérieusement. Je me suis demandé ce qu’était l’évolution. Le principe d’évolution ressort souvent dans « Digimon ». On y décrit l’évolution comme l’idée d’obtenir de la puissance ou un pouvoir pour vaincre l’ennemi mais l’appellation est-elle juste ? Bien sûr, je sais que c’est un des clichés du genre et qu’il est impossible de s’appesantir longtemps durant un de ces films courts.

Il est impossible donc de pouvoir aller jusqu’au bout de ce thème avec une approche normale ?
Yamauchi : Oui et une autre chose dont je voulais traiter : je pense que des enfants de la réalité ne peuvent exprimer comme ils le souhaitent ce qu’ils pensent. Lorsqu’un enfant dit : « je te déteste ! », on ne sait pas exactement si c’est ce qu’il pense vraiment. J’ai donc mis en scène dans ce film des enfants normaux. Ce sont toujours les personnages de la série mais j’ai réfléchi à comment ils penseraient ou agiraient s’ils existaient vraiment. J’ai pensé qu’ainsi, les enfants spectateurs comprendraient mieux les sentiments des personnages. Je pense donc qu’un enfant comprendra mieux ce film qu’un adulte.

Donc, ces enfants, tout en apparaissant dans un dessin animé, ne sont pas particulièrement intelligents ou n’ont pas un fort esprit d’initiative ?
Yamauchi : Pas cette fois.

Parlez-moi plus de vos interrogations sur l’évolution.
Yamauchi : Pour être franc, plus j’avançais dans le film, moins je comprenais l’évolution. Je ne peux pas dire si devenir fort pour vaincre un ennemi est une évolution juste ou correspond juste à une maturation. C’est aussi une question très large. Dans toutes ces réflexions, la réponse que j’ai trouvé est… c’est embarrassant de la mettre en paroles… Dans la vie, on change en décidant parfois d’aller à gauche ou à droite. Dans l’univers de « Digimon », cela revient à changer de forme selon la direction prise. Je pense que l’évolution peut se résumer à cela.

Le choix d’aller à droite ou à gauche déterminerait un changement, changement qui est aussi bien un signe de maturation que d’évolution ?
Yamauchi : Je ne pense qu’il y ait un choix conscient sur la direction. Ces directions sont prises dans la vie, au fur et à mesure et selon l’environnement.

Ah, je vois. Comme quand un enfant choisit entre dessiner ou jouer au baseball.
Yamauchi : Oui. Il n’y a pas un choix fort et conscient de jouer au base-ball.

Il y a juste une préférence pour le baseball. Ce qui peut aller jusqu’à devenir joueur de ce sport.
Yamauchi : il survient plein de petits changements au niveau de l’esprit avant d’en arriver à cette direction.


Je vois. Que représentent alors les deux Digimons pour Wallace qui est le personnage principal de ce film ?

(NB1 : Wallace est le personnage principal du film « Digimon Adventure 02 ». Il vivait autrefois avec deux digimons noommés Chocomon et Gumimon mais après un mystérieux accident survenu 7 ans auparavant, Chocomon a disparu. Wallace partaccompagné de Gumimon à la recherche de Chocomonet rencontre Daïsuké dans le film)
Yamauchi : Je pense qu’ils représentent tous deux la même chose.

Avec une approche « classique », ils représenteraient chacun le bien et le mal mais ce n’est pas le cas ici. Il s’agit juste d’un choix. Comme on choisit de dessiner ou de jouer au baseball, le héros choisit Gumimon de ses deux digimons. Inconsciemment.
Yamauchi : Voilà. Imaginons un enfant qui a deux chatons jumeaux et que l’un deux disparaisse. Même si c’est quelqu’un qui l’a pris, un enfant gentil peut se persuader que c’est de sa faute. Est-ce que Chocomon a disparu à cause des actes ou des sentiments de son maître ? Wallace ne réfléchit pas jusque là mais je pense que les enfants qui verront ce film comprendront ce qu’il ressent. Un autre enfant aurait pu oublier Chocomon et vivre heureux avec Gumimon. Mais Wallace s’est persuadé que c’était de sa faute et a traîné cette culpabilité toutes ces années. C’est pour cela qu’il voulait retrouver Chocomon pour tenter de vivre à nouveau comme autrefois. Et Chocomon ressentait la même chose. Mais Chocomon en est arrivé à rapetisser d’autres enfants pour tenter de revenir à cette époque.
(NB 2 : Chocomon capture dans le film des enfants qu’il a choisis afin de les rajeunir pour pouvoir retrouver le Wallace du passé)

Au climax, Wallace rejette Chocomon.
Yamauchi :A ce moment, pour la première fois, Wallace prend une décision. Il n’avait pas décidé de perdre Chocomon et il n’avait pas clairement décidé de partir à sa recherche. L’être humain est comme ça. Cela n’arrive sans doute pas si souvent de bien réfléchir puis de prendre une décision ferme. Je pense qu’en grande majorité, c’est la conjonction de beaucoup de facteurs qui décident de nos actions. Avant qu’il dise à Chocomon « Je ne peux pas te suivre. », j’ai inséré un plan de Gumimon. Quel que soient les sentiments que Wallace a pour Chocomon, il a vécu avec Gumimon jusqu’ici. Chocomon a beaucoup changé depuis leur séparation et Gumimon avec qui il a vécu est toujours là. En pensant à Chocomon et Gumimon un instant, Wallace s’est décidé. C‘est pour ça qu’il s’agit à ce moment là d’un plan froid décisif.

Pour montrer combien ce choix d’aller soit à droite, soit à gauche peut être dur.
Yamauchi : Voilà. Il a fallu sept ans à Wallace pour prendre une décision.


Vous vouliez vraiment conserver un aspect réaliste aux sentiments des enfants.

Yamauchi : J’ai l’impression que nous, les adultes, ne comprenons pas bien les enfants. Alors qu’eux sont très doués pour absorber toute nouvelle chose à l’instinct. Nous ignorons cela alors que nous prétendons faire des « œuvres pour enfant ». Il ne s’agit pas d’une réaction vis-à-vis de cette tendance mais d’un dégoût vis-à-vis de moi-même, de l’impression que j’ai d’être un menteur. Et donc, même si ce n’est pas très sympa pour Wallace, j’ai voulu réaliser un dessin animé où en l’utilisant, je pouvais attraper l’esprit des enfants. Je voulais non pas une histoire ou une thématique mais un film qui captive les enfants. Je l’ai fait en étant certain qu’ils seraient captivés. Je suis un peu comme Wallace en fait. J’ai vraiment cette impression d’avoir réalisé des films en mentant sur le monde. En réalisant des œuvres « classes » ou excentriques bien caractéristiques de la « Japanimation », même si je me suis satisfait ainsi. Peut-être est-ce parce que je vieillis mais j’ai l’impression que je ne transmets rien en définitive.

Je reviens un peu en arrière. J’ai en fait vu ce film deux fois.
Yamauchi : Ah bon ? Merci beaucoup. (rires)

La première fois, je me suis complètement perdu dans l’ambiance. J’étais tellement dedans que je ne me suis pas rendu compte de ce qui se passait et le film s’est terminé à ma grande surprise. J’ai bien saisi l’ambiance mais pas trop l’histoire. Et je n’ai pas compris comment cette ambiance était créée. Donc, je suis retourné le voir. Mais comme je savais que je me ferais à nouveau « avaler » par l’ambiance, je suis revenu à la moitié seulement.
Yamauchi : Cooomment ?! (rires)

Je me trouve en effet bien fourbe. Arrivé en plein court, j’ai tout de suite compris ce qui se passait. L’histoire est bien établie et tout ce qui devait être dit l’était. Il ne m’a rien manqué.
Yamauchi : Mais oui. Nous avons réalisé à partir d’une histoire bien complète.

C’est une histoire bien faite du point de vue du scénario et je pense qu’en ne lisant que le story-board, on la saisit très facilement. Mais à ma grande surprise, lorsque toutes les scènes sont mises bout à bout avec le son, l’ambiance est plus forte que l’histoire. Je suis sûr que l’ambiance de ce film est le point d’arrivée. C’était cet élément que vous mettiez en second plan de l’histoire durant « Magical Taruruto » et « Saint Seiya ».
Yamauchi : Oui.

Vous avez inversé cette fois-ci : l’ambiance que vous mettiez en deuxième plan est passé en premier plan dans ce film.
Yamauchi : Oui. L’histoire est très simple et établie de manière facilement compréhensible.

J’utilise le terme « ambiance » mais est-ce qu’il correspond bien à ce dont nous parlons ?
Yamauchi : Le terme ambiance n’est pas faux mais il y a une petite nuance.

C’est cet élément qui s’infiltre chez le spectateur que vous mentionniez tout à l’heure ?
Yamauchi : Oui.

Même si ce n’est pas là l’objectif du film, il s’agit là de votre objectif en tant que metteur en scène. Et c’était quelque chose d’assez dur. Dans le bon sens du terme. Quand on voit le film, on se synchronise avec et c’est dur pour le spectateur. Pour comparer, c’est un peu comme la sensation de voir un cauchemar au cinéma.
Yamauchi : C’est dur mais on ne peut pas fuir. Je pense que beaucoup de gens se sont retrouvés dans cette situation durant ce film. Même si on n’y met qu’un pas, on se retrouve capturé une fois dedans. Même si on sent que c’est dur, on ne peut pas en sortir.


On se fait capturer par la densité de l’ambiance du film.

Yamauchi : En effet, un film peut toucher les six ou sept sens que possède l’être humain. Et c’est ce que j’ai essayé de faire.

Extraordinaire. Comme je suis passionné de cinéma et d’animation, j’essaie souvent d’anticiper ce qui va arriver dans le film. Avec tel style de mise en scène, j’anticipe la fin du film. Mais durant ce film, lorsque je l’ai vu la première fois, mes prévisions ont échoué. Je voyais bien le style d’ambiance utilisé en plein cours mais j’étais certain qu’il y aurait vers la fin une scène d’action fournissant une certaine catharsis. Et pourtant non. Cette ambiance très dense continue quasiment jusqu’à la fin.
Yamauchi : (rires)


Je ne pense pas avoir jamais vu d’œuvres conçues avec ce genre d’ambiance à l’esprit.

Yamauchi : J’ai d’abord bouclé le story-board de la première scène avec cette ambiance très dense comme vous dites. J’ai d’abord commencé en me décidant sur comment faire la scène la plus importante du film.


L’animation a commencé par cette scène aussi ?

Yamauchi : En effet.

Je vois. Juste pour vérifier, ce film n’est pas un road-movie non plus, n’est-ce pas ?
Yamauchi : Il a une construction similaire à un road-movie mais ce n’en est pas un non plus.

Durant la première scène à New York, la ville est dessinée de manière très réelle mais durant le milieu du film, seul le sol et les panneaux sont dessinés. Et pour la fin….
Yamauchi : Oui, oui. (rires). Il n’y a quasiment pas de décors à la fin.

Et lors de la scène d’autostop, vous ne faites pas l’obligatoire discussion avec le chauffeur que l’on trouve dans un road movie.
Yamauchi : En effet.

Et pour insister, vous ne montrer pas comment le personnage arrive au dernier champ de bataille. On y arrive soudain avec les personnages déjà arrivés. On a cette sensation de passer petit à petit de New York à l’univers intérieur du personnage. De plus, au climax, le Chocomon évolué prétend changer le monde, mais vous ne montrez pas le monde en train de changer.
Yamauchi : C’est vrai. (rires). Et je ne montre pas Taichi et ses amis qui sont captifs. Bien sûr, en montrant tout cela, l’histoire serait plus claire, plus facile à comprendre. Mais la scène suivante deviendrait tout de suite très fade.


Vous donnez donc le vertige au spectateur afin de montrer une dernière scène plus dense ?

Yamauchi : Oui. J’enlève tous les éléments qui me gênent. Même si j’essaie de donner quelques bonus. Comme quand les personnages percutent les panneaux. (rires).

Ou lorsque les personnages se disputent pour savoir si l’apparition du digimon était classe.
Yamauchi : Oui, il y a cela aussi en effet. Il y a un autre point où j’ai concentré mes efforts sur ce film, ce sont les personnages. Que ce soit Daisuké, Miyako ou Iori, je voulais faire ressortir les caractéristiques de chacun. J’aime bien faire cela. Si j’avais eu plus de temps, j’aurais fait une scène entre Miyako et Iori mais cela aurait morcelé le film ici.

Pour faire le point, en ce qui vous concerne, il était important pour vous d’approcher les enfants de manière réaliste dans ce film.
Yamauchi : Oui. Je pense que je continuerai de réfléchir et de tenter de sentir les choses comme un enfant dans mes prochains films, Digimon ou non. Comme c’est moi qui réalise, ce sera bien sûr à ma manière. Je pense que tout ce qui a été fait pour les enfants contient trop de mensonges. Un véritable enfant aurait beaucoup plus de difficultés à juger entre ce qui est bien et ce qui est mal. Je voudrais vraiment me concentrer sur l’aspect superficiel de l’esprit des enfants. Ou en tout cas, je ne veux pas le manquer. D’où le personnage de Wallace.

En voulant approcher les enfants de manière réaliste, cela a donné le personnage de Wallace. En voulant réfléchir sérieusement sur le thème de l’évolution, cela a donné cette histoire.
Yamauchi : Voilà.


Ce qui amène à la question : une évolution qui implique qu’on ne fait que combattre est-elle juste ?

Yamauchi : Oui, oui !

Evoluer revient aussi à abandonner des choses.
Yamauchi : Oui.

Et penser à ceux que l’on a rejeté n’est pas facile.
Yamauchi : Oui, oui. (rires) C’est pour cela que c’est dur pour les spectateurs. Je pense d’ailleurs que certains diraient que ce n’est pas la construction d’un produit de divertissement.

Mais jusqu’où va le divertissement ?
Yamauchi : Eh oui ! Bien sûr, il ne s’agit pas là d’un film que l’on peut regarder avec le sourire mais les enfants regardaient le film dans le cinéma sans courir ou s’agiter. A ce sens, je pense que j’ai réussi.


Vous avez beaucoup réfléchi sur l’évolution.

Yamauchi : Oui. Comme je vous l’ai dit, l’évolution dans Digimon, c’est la transformation pour combattre. Il s’agit donc là de questions sur ce sujet.


Le Digimon qui inverse l’évolution et qui rajeunit les héros fait donc partie de ce thème.

Yamauchi : En conclusion, oui. Mais je n’ai pas intégré ce point consciemment. C’est une idée qui est sorti quand je développais l’histoire avec Hiromi Seki (la productrice) et Reïko Yoshida (la scénariste).


Vous ne rejetez pas cette forme d’évolution.

Yamauchi : Non. Même si je pose mes doutes, il y a malgré tout des scènes d’évolution. Je ne rejette pas mais je pose des questions. Parce que nous simplifions peut être trop le principe d’évolution.

A SUIVRE : Partie 2 - La carrière de Shigeyasu Yamauchi
(avec Saint Seiya en vedette, évidemment)

Un commentaire »

  1. Nao nous dit :

    6 mai 2007 à 14:51

    Merci beaucoup Skippy, ça poutre ! :)
    Même si ça parle de Digimon… Ben, au moins ça montre que Yamauchi se met à fond dans toutes les oeuvres auxquelles il participe !
    C’est vrai que je n’avais regardé que quelques minutes du film quand je l’avais découvert, mais j’avais en effet remarqué le côté sérieux et assez sombre de la deuxième moitié du film. La seule chose qui m’avait rebuté, c’est la musique un peu trop américanisée. Mais finalement, ça doit bien passer, quand on regarde le film en entier…

    Vivement la suite !

Flux RSS pour les commentaires de ce post · URI de Trackback

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté(e) pour poster un commentaire.